L’accès au logement est très difficile pour différentes catégories de populations. Les personnes soumises à un besoin urgent de se loger ou de se reloger sollicitent leur réseau social primaire, dans la mesure où il existe. Or, cette solution peut être très coûteuse socialement, en particulier si la durée d’hébergement s’allonge. Le réseau s’affaiblit car les personnes de recours s’épuisent. Dans la majorité des cas, l’absence d’une solution d’hébergement entraîne des conséquences sociales et économiques graves. Le recours à un logement dit « transitoire » est donc un remède à développer.

Il existe toutes sortes de situations qui, sans relever de cette procédure d’expulsion, requièrent également des solutions d’urgence. Nous pensons aux jeunes en formation, aux travailleurs à faible revenus ou encore à des personnes en situation de transition. Pour ces personnes soumises à un besoin urgent de logement, il s’agit d’agir en amont avant que leur situation ne se péjore.

Nombreux sont les sites aujourd’hui sous-utilisés voire même non construits qui pourraient être densifiés et accueillir des structures modulaires Nous concevons nos projets comme des éléments qui viennent de façon opportuniste remplir temporairement des sites vacants, souvent non bâtis car en attente de décisions administratives. Il nous est possible d’intervenir dans l’existant de manière efficace et rapide, et ainsi de densifier pour une durée déterminée des parcelles situées dans les centres urbains. Nous devons aujourd’hui valoriser ces espaces tout en permettant à leurs propriétaires d’avoir une vision à court et moyen terme de leurs parcelles. Pour cela, nous proposons de mettre en place une planification évolutive permettant d’occuper ces sites pour des durées déterminées.

Comme dans le jeu des chaises musicales, les constructions modulaires pourraient se déplacer au gré des espaces vacants de la ville en se plaçant dans les interstices spatiaux et temporels de la ville et sautant de site vacant en site vacant sur une cadence de 5 à 7 ans. Le temps de montage étant extrêmement court, l’utilisation des sites est maximisée. En pouvant suivre les besoins de la population, les logements transitoires ainsi conçus créent une ville contemporaine et ouverte en continue transformation, une ville évolutive!

Ainsi un site en attente, à l’instar des grandes friches de nos villes, pourrait se voir densifié ponctuellement le temps de développer les PPA et autres plans de développements. Pour qu’un site reçoive des logements transitoires, il suffit de pratiquer un terrassement et de se raccorder aux réseaux d’eau, d’électricité et de télécoms. Aussitôt raccordées et montées, les nouvelles constructions modulaires sont déjà prêtes à accueillir des habitants. Ces infrastructures sont nécessaires aussi pour les futurs occupants. Et le moment voulu nous reprenons les modules et les déplaçons sur un autre site. En plus de soulager fortement le marché, ce système de planification agit comme pionnier sur les sites en attente d’un développement ultérieur. En plus des logements, des espaces publics ainsi que des infrastructures de transports, culturelles ou encore commerciales peuvent prendre place et subvenir aux besoins des habitants et ainsi activer les sites.

 

Le principe de la construction modulaire préfabriquée est particulièrement intéressant pour sa rationalité économique mais aussi pour son empreinte écologique réduite. Un logement préfabriqué est une construction dont les éléments principaux comme la structure, les façades ou les planchers sont réalisés en atelier. Cela permet de travailler dans des conditions climatiques contrôlées toute l’année, mais aussi d’assurer aux ouvriers un meilleur confort et une sécurité accrue. La préfabrication permet également une plus grande précision de la construction et un renforcement du contrôle qualité du produit, chaque pièce défectueuse étant automatiquement écartée de la chaîne de fabrication. En outre, le travail avec des éléments à assembler entre eux sur le chantier présente un gain de temps important, allant de paire avec la réduction des nuisances auprès du voisinage.

La structure de base des modules avec lesquels nous travaillons est entièrement réutilisable sur différents sites et pour différents programmes. Après une première utilisation, la façade est déposée, et les éléments peuvent être déménagés sur un autre site et commencer une deuxième vie. Quant au cycle de vie de nos constructions modulaires, il est multiple car les éléments sont démontables et le bâtiment peut être intégralement remonté sur un autre site. Dans le cas où cette solution ne serait pas possible, il peut être intégralement recyclé car tous les éléments sont assemblés de manière à pouvoir être démontés et séparés, donc recyclables.

Concernant l‘aspect, nos constructions sont faites en majeure partie en Suisse et les finitions sont effectuées par des entreprises proches du chantier. Cela nous permet de garantir un aspect et des finitions identiques à la construction traditionnelle mais aussi de conserver les emplois de nos régions et de réduire l’empreinte écologique de l’intervention. Elles peuvent recevoir le label Minergie voire être conçues comme des unités complètement autonomes en travaillant notamment avec des pompes à chaleur et le chauffage solaire. Afin de devenir le plus autonome possible et de minimiser les coûts et les impacts sur l’environnement, l’eau sanitaire peut-être chauffée par le soleil et les locaux par des pompes à chaleur.

Des logements transitoires conçus sur ce principe peuvent offrir à leurs habitants une stabilité et des espaces confortables permettant le maintien d’une activité salariée, sociale et familiale, à un coût abordable.

Le dossier est téléchargeable ICI