- ©

Au nord de la maison s’étend une vaste zone forestière, le bois du Jorat, alors que du côté sud, un large pré embrasse l’horizon et la splendide vue sur les Alpes. Et si cette petite maison de cantonnier devenait un observatoire sur la nature? Sur les nuages et les brumes? Sur la faunes locale?

En ouvrant la maison vers le paysage par deux plateformes d’observation, de nouvelles relations visuelles à l’intérieur et extérieur de la maison établissent le lien manquant avec le paysage et les montagnes. Dans ce contexte, il s’agit d’abord de percevoir à nouveau la complexité de l’espace en tant que qualité propre et de la revaloriser sans la charger de concepts étrangers à l’architecture.

Pour chacune des plateformes, l’extérieur et l’intérieur sont en dialogue tant fonctionnel que par rapport à l’espace. Ces plateformes, éléments rapportés sur la périphérie de la maison, relient chacun des espaces intérieurs avec un espace du jardin ayant son caractère propre, et préexistant. L’intérieur s’ouvre vers l’extérieur, vers les moments de la journée, vers les lumières et vers les saisons.

MAISON OCTOPUS

Réalisé

Lausanne, VD

2011